Exploitation d’une ozonation dans une STEP: reconnaître des développements critiques dans le bassin versant – Recommandation

VSA, 2021

Recommandation (Version mise en consultation) du VSA rédigé par J. Grelot, P. Wunderlin (VSA) avec le soutien technique de C. Abegglen (ERZ/VSA), A. Benacloche (Stadt Neuchâtel), H. Bleny (anciennement BAFU, désormais uwe Lucerne), D. Dominguez (BAFU), E. Durisch-Kaiser (AWEL), C. Jaquerod (Kanton VD), N. Kheyar (Kanton GE), H. Lecoultre (Kanton NE), P. Locher (Kanton BE), V. Lanz (Kanton AR), R. Manser (Kanton BE), J. Margot (RWB), P. Perdaems (SIG), A. Piazzoli (Envilab), P. Ramaciotti (SIG), M. Schachtler (ARA Neugut), D. Thonney (SIGE), U. von Gunten (Eawag).

Contexte

L’ozonation a fait ses preuves en tant que procédé d’élimination des micropolluants dans les stations d’épuration des eaux usées (STEP). Lors de l’ozonation d’eaux usées, outre l’élimination souhaitée des micropolluants, des sous-produits d’oxydation problématiques peuvent se former en fonction de la composition des eaux usées. Dans les stations d’épuration suisses, une étape de traitement à l’ozone n’est réalisée que si la composition des eaux usées est adéquate selon la recommandation du VSA « Vérifications relatives à l’adéquation du processus d’ozonation » (VSA, 2017). Des changements dans le bassin versant (p. ex. une nouvelle industrie ou le changement d’un procédé industriel) peuvent entraîner une modification significative de la composition des eaux usées. Pour cette raison, une surveillance de la com-position des eaux usées et une vérification régulière de leur adéquation au processus d’ozonation sont importantes après la mise en service.

  • Année de publication:  2021

Retour à la vue d'ensemble